Accueil

Entreprise

Tarifs

Presse

Livres

Remerciements

Contact

Liens

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Pour la Baronne, Malou était toujours « la fille de l’Assistance publique ». Cela n’était un secret pour personne. André, comme tous les villageois et comme l’intéressée elle-même, connaissait l’histoire du bébé que Madame Maillard avait, un jour d’hiver, rapporté d’Epinal et élevé comme sa propre fille aux côtés de sa petite-fille.

Véga, la terreur du p'tit chemin - Chroniques d'un CKC

Anecdotes, Autoédition 2013, 15,00 €
Format 14x20 cm, 287 pages

   L'ouvrage est également disponible en version numérique.




 

Après « Mémoires d’un labrador » livre publié en 2003, l’auteur donne la parole au nouveau chien de la maison, Véga, une femelle Cavalier King Charles, CKC pour les initiés.

Ce premier soir, j'ai appris que le précédent animal de compagnie de mes maîtresses, une femelle labrador noire répondant au nom de Lorca, était mort quelques mois plus tôt. Je la remplaçais ou, plus exactement, je remplissais le vide qu'elle avait laissé en partant brutalement. La manière dont mes maîtresses parlaient de cette pauvre bête m'a vite rassurée sur mon sort. J'étais, à n'en pas douter, tombée dans une bonne maison.
J'ai appris que mes maîtresses, Momo et Zaza, Mère Un et Mère Deux – ah ! il va falloir vous y faire ! et que je ne vous y prenne pas à dire Merdeuse !!! - m'avaient appelée Véga à cause de l'écrivain espagnol. Comme Lorca. Le Stef, le garçon de la famille, a murmuré à
mon oreille que c'était aussi une étoile, la plus lumineuse du ciel boréal.
― C’est une graine de star, cette petite chipie ! lança Zaza.
J’ai frétillé de la queue pour confirmer.

Ainsi commence le livre, suivi d’une cinquantaine de chroniques de la vie quotidienne
de Véga dans sa famille un peu particulière.



 

   L'ouvrage est également disponible en version numérique.

Opérer ? Mais pourquoi ? Cet homme est-il fou ? Je tourne un œil interrogateur vers Momo.
- Oui, répond-elle à ma plus grande stupéfaction, je pense que nous la ferons opérer. Nous ne voulons pas lui faire faire de bébés !
Ah ! c'est donc ça ! pas de bébés ! Non, pas de bébés ! Beurk ! Les bébés sont de méchantes larves ...
J’ai appris à répondre à de nombreux noms : Poupounette, Pounette, Pougnette, Toutoune, Tounette, Pépette. Les humains sont d’étranges créatures : ils mettent des jours à chercher un nom pour leur animal de compagnie et l’affublent au final d’une dizaine d’autres appellations ridicules.
Ah oui ! J’avais oublié de vous dire, mes maîtresses sont des artistes ! Ma Mère Un peint et ma Mère Deux écrit. C’est d’ailleurs curieux comme la Zaza peut être à la fois un poète sensible et une femme inflexible, glaciale et autoritaire. Mais faut pas s’y fier, c’est un genre qu’elle se donne !
Pour ma Mère Deux, l’essentiel c’est ne pas oublier les bouquins qu’elle veut lire en vacances et tout son matériel portatif. Il faut dire que souvent, elle bosse en vacances. Et si elle ne doit pas travailler, elle tape quand même sur l’ordinateur. Ma Mère Deux est écrivain, pour le boulot et pour le plaisir. Alors forcément, elle est toujours en train d’écrire.
- Pauvre Pépette, t’es encore un bébé ! a rigolé Zaza en me prenant dans ses bras.
Et quand je dis qu’elle me prend dans ses bras, je devrais plutôt dire qu’elle m’arrache du sol pour m’aplatir sur son avant-bras. Ma Mère Deux, je l’adore. Vraiment ! Mais franchement, elle n’est pas douce ! Enfin pas toujours !
La tête de loup est un ustensile fabuleux. Car il faut savoir que la Zaza, qui a une trouille bleue des araignées, ne veut pas pour autant qu’on les tue ! Il faut les sortir vivantes de la maison et les remettre dehors, dans le jardin qu’elles n’auraient jamais dû quitter. Pour cela, la tête de loup est idéale !